L'Ombudsman du tourisme a rencontré le Ministère national du tourisme pour évaluer le présent et l'avenir du tourisme étudiant dans le contexte de la pandémie

Dans le cadre de la pandémie Covid-19, le tourisme en général a subi un arrêt de ses activités et, avec lui, les voyages des diplômés étaient à la dérive, avec l'incertitude que l'urgence sanitaire impliquait. C'était l'une des réclamations récurrentes qui sont parvenues au bureau du médiateur du tourisme tout au long de ces mois. Pour cette raison, le vendredi2 de septembre, Le Bureau du médiateur du tourisme a rencontré les autorités du ministère du Tourisme et des Sports de la Nation pour discuter de tout ce qui concerne le tourisme étudiant, dans le cadre de la loi de relance touristique récemment approuvée.
À la réunion, ils ont participé, par le ministère, Cecilia Diaz, Directeur des agences de voyages; Ricardo Maldonado, Directeur du contrôle des agences de voyages; et Lorena Martínez. De la part du Médiateur, Cintia Bruno a participé, Directeur de la direction générale des droits touristiques; et agents juridiques et touristiques: Mariela Saleh, Lorraine Lavacsak, Florencia Dadic et Mercedes Adrogué.

Lors de la réunion, certains aspects de la loi ont été discutés 27.563, "Loi d'accompagnement et de réactivation productive de l'activité touristique nationale”, approuvé cette semaine par le Congrès, mettre davantage l'accent sur les futures réglementations axées sur le tourisme étudiant. Cependant, les responsables du ministère du Tourisme n'ont pas pu anticiper de données concrètes sur son application car cela dépendra du rééchelonnement des voyages dès le début des cours.

Pour sa part, L'équipe du médiateur du tourisme a présenté les réclamations qui lui sont adressées concernant le tourisme étudiant. De cette façon, Il a été expliqué que la plupart des cas sont liés à l'impossibilité pour les familles de payer les frais en raison de la situation économique qu'elles vivent. Aussi, beaucoup ont choisi de ne pas faire le voyage, réclamer le remboursement. La plupart des cas provenaient de parents dont les enfants voyageraient cette année et, donc, avoir presque tout le voyage payé. Cependant, les agences ne fournissent pas de réponse précise.

Dans ce sens, Les représentants du ministère ont indiqué que ces réclamations sont en train d'être résolues en reprogrammant les voyages, puisqu'ils préviennent qu'il est très difficile de procéder aux retours en raison de l'état critique dans lequel les agences sont. La plupart des voyages sont prévus pour octobre, Novembre et décembre, donc ils sont toujours en vigueur et ce qui sera résolu dépendra de chaque destination et de leurs ouvertures respectives, qui pour le moment ne sont pas clairs.

aussi, selon le ministère, la politique des agences est d'avoir de l'empathie avec le manque de paiements, par conséquent, ils n'ont reçu aucune plainte à ce sujet de la part des familles. Concernant le tourisme en général, Ils ont ajouté qu'il existe plusieurs protocoles développés pour différentes activités sur le terrain et qu'ils sont publiés sur le site Web du ministère..

D'un autre côté, les membres du médiateur du tourisme, Ils ont invité les représentants du ministère du Tourisme à participer à l'activité académique qui aura lieu mercredi23 de septembre à 14 heures dont le thème sera: "Les touristes en tant que consommateurs – Vers la résolution de vos conflits à l'époque du Covid-19 ". Il consiste à tenir une réunion virtuelle avec des leaders du domaine académique, judiciaire, politique et professionnel, dans lequel les défis visant à résoudre les conflits des touristes et des utilisateurs du transport aérien en tant que consommateurs à l'époque de Covid19 seront analysés. Le ministère a confirmé sa participation et a montré son intérêt pour le sujet.

Enfin, Il a été convenu de poursuivre les réunions pour avancer sur les sujets abordés et d'autres qui pourraient survenir en relation avec la loi récente et le tourisme étudiant. De cette manière, les deux organisations ont accepté de continuer avec un canal de communication direct, cela se passait déjà, mais à partir de maintenant, le travail sera effectué de manière plus consolidée afin de pouvoir mieux répondre aux plaintes concernant ce problème.